Le site pratique des francophones en Allemagne

Le BBI, l’Aéroport International Berlin Brandenbourg

A 18 km au sud de Berlin se trouve depuis 2006 un des plus grands chantiers outre-Rhin. Sur le site de l’aéroport Schönefeld qui est surtout utilisé par les compagnies low-cost, le troisième aéroport d’Allemagne (derrière Francfort et Munich) est construction. L’aéroport dont l’ouverture est prévue pour fin octobre 2011 va coûter plus de 2 milliards d’euros et créer entre 30 000 et 40 000 nouveaux emplois.

Le projet ambitieux

Le chantier comprend non seulement l’aéroport lui-même, mais aussi une gare en souterrain. Le concept de « One Roof » veut garantir des chemins courts et une accessibilité optimale. A l’aide d’un RER et d’une navette on peut arriver à la gare centrale en moins de 20 minutes. La piste d’atterrissage existante sur le site actuel sera prolongée et une seconde construite, avec un grand terminal au milieu. Depuis novembre 2007, une « tour d’information » permet d’embrasser tout le chantier du regard.

L’enthousiasme…

Les hommes et femmes politiques bien que les représentants de l’économie s’enflamment pour le projet. A l’occasion des premiers coups de pelle le 5 septembre 2006, Wolfgang Tiefensee, Matthias Platzeck, Klaus Wowereit (maire de Berlin) et Hartmut Mehdorn (PDG de Deutsche Bahn) se montraient enthousiastes. Le ministre de transport Tiefensee a expliqué qu’il s’agissait d’un « projet visionnaire, construit pour les prochains 50 voire 100 ans », et Platzeck, ministre-président de Brandenbourg a souligné l’importance de l’aéroport pour le tourisme.

… et des plaintes et protestations

Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Les 335 habitants de Diepensee et une trentaine d’habitants de Selchow, villages qui doivent faire place à l’aéroport, ont été déplacés. Par ailleurs, depuis à peu près 15 ans, la lutte fait rage entre le BBI et les riverains. 4000 plaintes contre toute sorte de risques et nuisances avaient été déposées par les riverains. Ils ont même fondé une association, le Bürgerverein Brandenburg-Berlin e.V. site Malheureusement même une décision en appel ne parvient pas à contenter toutes les parties. Les vols de nuits seront limités entre minuit et 5 heures, et entre 22h et 24h bien qu’entre 5h et 6h le trafic devrait être restreint. Selon les riverains, ces mesures ne sont pas suffisantes, alors que les compagnies aériennes les trouvent trop exigeantes. Thomas Ellerbeck, Président de Lufthansa estime que cette restriction pourrait décourager les compagnies de choisir le BBI comme hub. Du coup, les plans pour la construction du BBI datant des années 90, période ou les compagnies à low cost tant que Air Berlin et Easyjet ne jouaient pas un grand rôle. Ces compagnies ont désormais peur d’un bond des taxes de l’aéroport et des pertes de temps à l’embarquement et au débarquement.

Autres critiques

Quand l’aéroport sera achevé, il sera déjà trop petit et obsolète. Aujourd’hui, les 2 aéroports de Berlin, Tegel (fermeture prévue en 2011, mais pas sans projets, voir article du Berliner Zeitung de mai 2009) et Schönefeld totalisent ensemble 20 millions de passagers, chiffre constamment à la hausse, pendant que le BBI ne pourra accueillir « que » 22 millions de passagers. Il atteindra donc sa pleine capacité dès son ouverture. Cependant, le gérant assure la possibilité d’élargissements jusqu’à une capacité de 40 millions de passagers.

Une dénomination compliquée

L’abréviation BBI est déjà utilisée comme code IATA pour l’aéroport Bhubaneswar en Inde, il faudra probablement choisir le code BER qui, pour le moment, représente les 3 aéroports de Berlin. De plus, entre des partis politiques c’est le clash : alors que la SPE préfère le nom de Willy Brandt, la CDU propose Albert Einstein ou Marlene Dietrich. Selon le porte-parole du BBI, l’aéroport sera finalement dénommé en 2009.

Aperçu du futur

Sur le site Internet du BBI, la mascotte Armin la fourmi associe les événements actuels aux visiteurs en tenant un journal. Il est à craindre qu’il puisse continuer au-delà de 2011. A cause d’une « prise de possession illicite » des terrains par le land de Brandenbourg – terrains vendus à BBI après – le chantier est menacé par une interruption des travaux. Voici un lien sur le plan actuel. Espérons que la vidéo promotionnelle ne se trompe pas quand elle promet „Bis 2011 wird aus der Vision erlebbare Wirklichkeit“.

Une question ?

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information ou question plus précise, nous vous aiderons dans vos démarches ou vous orienterons vers un partenaire dans votre région.